Native advertising vs Display Advertising

Après avoir arbitré le match entre site mobile VS application, nous vous proposons aujourd’hui un duel entre le native advertising VS le display advertising !

Le native advertising, vous l’avez surement déjà croisé sans pour autant l’identifier clairement. Et pourtant, il semblerait que l’univers marketing soit sur le point de connaître un petit big bang à travers ce nouvel outil publicitaire.

Si l’on devait le comparer à un format papier, le native advertising se rapprocherait fortement du publi-reportage. Moins intrusif qu’une bannière, se voulant plus respectueux de l’utilisateur par sa forme intégrée et divertissante, le native advertising semble être le digne successeur de cette bonne vieille bannière intempestive et une solution pour les publicitaires aux systèmes de blocage de publicité type “Adblock”.

 

Native advertising

Comment reconnaître le native advertising?

Une publicité en native portera toujours quelque part la notion « contenu sponsorisé », « sponsor content » (pour nos amis bilingues). Dans la majeure partie des cas, il s’agit d’un lien, d’une vidéo, d’un placement de produit ou d’un article (et oui, oubliée, l’éthique journalistique, vive le paid post !).

Le but du native advertising est double

  • en étant mieux intégré à son environnement, il espère vous faire cliquer plus facilement et faire tomber la méfiance liée à la publicité en ligne
  • en s’associant à un contenu de valeur, il cherche à augmenter la brand awareness.

En fonction de l’objectif principal, vous trouverez ou non un call to action clair.

Le native advertising et ses dérives

Avec ces airs de publicité sponsorisée qui ne dit pas son nom, le native adversiting présente aussi des désavantages et des risques qu’il serait dommage de minimiser.

  • Il peut facilement provoquer une réaction de rejet de la part du lecteur, qui se sent dupé par ce contenu sponsorisé qui se s’annonce pas clairement.
  • S’il est mal intégré à son contexte, il peut rapidement provoquer plus de réactions négatives que de marques d’adhésion et ternir durablement la réputation de l’annonceur/du sponsor.
  • Contrairement à la bannière caractéristique du display advertising>, le native advertising ne met pas autant en valeur les éléments visuels de la marque, et participe donc nettement moins à la consolidation de sa notoriété.

Et la bannière dans tout ça ?

Si l’âge d’or du display advertising sur le web semble révolu, ce format publicitaire est de plus en plus apprécié et valorisé sur support mobile. Le mobile display advertising connait en effet une croissance de 10% par ans !

Et vous, pro ou anti-bannière ? Contactez nos Experts Marketing mettre en place une campagne publicitaire adaptée à vos besoins !

Découvrir nos solutions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *